Votre choix concernant les cookies sur ce site

Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement de nos sites. Nous les utilisons afin d'améliorer votre expérience utilisateur, et en particulier de sauvegarder vos identifiants tout en assurant la confidentialité de vos données, de réaliser des statistiques afin d'optimiser les fonctionnalités de notre site et vous proposer du contenu toujours plus pertinent. Cliquez sur 'Accepter et Continuer' pour accepter le fonctionnement de nos cookies et poursuivre votre navigation ou sur 'En savoir plus' afin d'accéder au détail des types de cookies et choisir de désactiver certains d'entre eux pendant votre navigation.

En savoir plus
  • Service Clients keyboard_arrow_down
0805 280 201 Appel gratuit
done Votre adresse a bien été enregistrée
close
error_outline Email invalide
close
Essayer gratuitement

Blog Sarbacane

Le blog de l'actualité marketing : retrouvez conseils, bonnes pratiques et nouveautés pour maîtriser votre communication multi-canale.

Blog Sarbacane

Webmarketing Posts

Petit guide du Marketing Automation et 3 scénarios pour débuter

Petit guide du Marketing Automation et 3 scénarios pour débuter

La technologie est très présente dans notre vie professionnelle quotidienne. Par conséquent, il est assez surprenant de constater la quantité d’énergie qui continue à être dépensée pour des tâches manuelles et répétitives.

La monotonie de ces tâches n’a pas seulement une mauvaise influence sur la motivation individuelle : elle dessert également la productivité de l’entreprise dans son ensemble.

Heureusement, il y a une solution : l’automation. Cet article vous présentera ce que ce terme signifie pour vos activités marketing, évoquera ses avantages et vous indiquera par où commencer quand il s’agit d’automatiser les processus marketing au sein de votre entreprise.

 

Qu’est ce que le marketing automation ?

 

Le marketing automation est une technologie qui utilise des déclencheurs, activés lorsque certaines conditions sont remplies, pour envoyer des campagnes et déterminer une séquence d’actions consécutives. Lorsque l’on parle de marketing automation dans le domaine de l’emailing, on se confronte aux notions de trigger, de scénarios et d’actions de suivi automatisées.

Pour automatiser vos activités marketing, vous devez construire des « workflows ». Ce sont des scénarios de campagnes qui vont varier en fonction de l’objectif visé. Tous les messages de votre scénario peuvent être personnalisés pour chaque destinataire en fonction des informations contenues dans votre base de données et des statistiques comportementales.

 

Pourquoi avoir recours au marketing automation ?

 

Les avantages des emailings automatisés

Gain de temps et de productivité : utiliser un outil de marketing automation permet d’économiser du temps sur la préparation des campagnes d’emails. Une fois que vous avez établi un scénario automatisé, il fonctionnera ensuite de manière autonome. Cela optimise la productivité en vous permettant de vous concentrer sur d’autres aspects à plus forte valeur ajoutée de votre projet et de réduire l’intervention humaine au minimum sur des tâches répétitives et chronophages.

Fidéliser les clients : le marketing automation est un excellent outil quand il s’agit d’interagir avec les clients et d’envoyer des messages personnalisés. Le client se sentira valorisé par votre entreprise et cela contribuera à établir une relation solide avec lui – tout ce que vous devez faire, c’est programmer ces emails qui renforcent la fidélité des clients.

Augmenter les revenus : le marketing automation a un impact positif sur les revenus. L’envoi automatique de messages contribue à augmenter les bénéfices générés par chaque client. Le nombre d’achats augmentera ainsi que le montant moyen des paniers. Mais ce n’est pas fini… il en résultera aussi un taux de conversion plus élevé et un meilleur taux d’achats récurrents.

 

Quand et comment utiliser les emails automatiques ?

 

De nombreux spécialistes du marketing dans différentes industries comptent sur l’automatisation pour générer des leads et du résultat. Les emails automatiques peuvent être utiles dans bien des situations. Pour n’en citer que quelques-unes, pensez à un email de bienvenue envoyé à un nouvel abonné, au mail de relance de panier abandonné pour inciter un contact à valider sa commande, la mise en place d’un scénario pour qualifier les leads pour votre équipe commerciale… Les possibilités sont nombreuses !

 

 

Alors, vous vous demandez peut-être comment tout ceci fonctionne ? Comme nous l’avons mentionné précédemment, l’automation repose sur la création de scénarios (ou « workflows »). Un scénario est composé d’une séquence d’e-mails marketing dont les envois sont déclenchés par certains événements ou par le comportement des destinataires.

 

 

Voici quelques exemples d’événements : un anniversaire, un premier achat, une date de renouvellement de contrat… Concernant les comportements de vos destinataires, vous pouvez penser au fait qu’un contact ait, oui ou non, ouvert votre email, téléchargé votre ebook, se soit inscrit à un webinaire, ait rempli un formulaire, etc.

 

Voici un exemple simple de ce à quoi un scénario automatisé peut ressembler :
Etape 1 : vous envoyez un email pour inciter vos contacts à télécharger votre dernier livre blanc.
Etape 2 : vous envoyez un email de remerciement à tous les contacts ayant téléchargé le livre blanc avec le lien vers le contenu correspondant.
Etape 3 : après quelques jours, vous envoyez un email à tous les contacts ayant téléchargé votre livre blanc, les invitant à assister à un webinaire sur un sujet complémentaire.
Etape 4 : si un contact assiste au webinaire, envoyez une notification à votre équipe commerciale le lendemain afin d’assurer leur suivi. Ces contacts sont maintenant des leads qualifiés et plus enclins à effectuer un achat.

Comment débuter avec le marketing automation ?

 

Maintenant que nous avons les bases, intéressons-nous à la manière dont vous pouvez mettre en place votre premier scénario de marketing automation. Voici trois exemples de scénarios automatiques…

 

1) Scénario de bienvenue

Un scénario de bienvenue est un point de départ idéal et plutôt simple à mettre en place. Supposons que vous gériez une boutique en ligne et que vous souhaitiez créer un scénario pour tous les nouveaux comptes. L’objectif de ce workflow est de pousser un utilisateur qui se crée un compte à effectuer un premier achat. Voici la marche à suivre :

 

Email 1 : création de compte

Le déclencheur utilisé sera la création d’un nouveau compte client qui va se matérialiser par l’ajout d’une nouvelle ligne dans la base de données.

Une nouvelle création de compte déclenche un email de confirmation demandant aux nouveaux contacts de confirmer leur compte en cliquant sur le lien inclus dans l’email.

Email 2 : compte confirmé, oui / non ?

Le prochain email dépendra de ce que votre contact fera :
1. Envoyez à ceux qui ont confirmé leur compte une invitation à s’inscrire à votre newsletter pour recevoir une réduction de 10% sur leur première commande, valable un mois. (Ceci intègre ensuite votre contact dans le workflow de la newsletter)
2. Trois jours après l’envoi du premier mail, envoyez à ceux qui n’ont pas confirmé leur compte un rappel dans lequel ils retrouveront un résumé de tous les avantages dont ils pourront bénéficier : se créer une liste de souhaits, sauvegarder les coordonnées bancaires pour accélérer le processus de paiement et recevoir des notifications lorsque des articles sont de nouveau en stock, etc.

Email 3 : inspiration

Après trois jours, envoyez à tous ceux qui ont confirmé leur compte un email contenant une liste des produits qui se sont le mieux vendus et un bouton d’action pour créer une liste de souhaits.

 

Email 4 : conversion

Cinq jours avant que la réduction de 10% sur le premier achat n’expire, envoyez un rappel à ce sujet à tous vos nouveaux contacts qui n’ont pas encore effectué un achat pour le moment.

 

2) Scénario de panier abandonné

Un scénario de panier abandonné est un autre point de départ essentiel si vous vendez quoi que ce soit en ligne.

Il arrive souvent que les acheteurs ne finalisent pas leur achat et laissent leur produit dans le panier virtuel – ce qui est communément appelé « panier abandonné ». Même si vous pourriez ne pas être ravi que ça arrive, cela ne signifie pas nécessairement que vous avez perdu une vente. Il se peut que votre acheteur ait été distrait, qu’il ait besoin de plus de temps pour réfléchir ou qu’il n’avait pas sa carte de crédit sous la main…

Le scénario suivant cible précisément ce groupe de personnes et l’objectif est de réactiver les paniers abandonnés. Voici la marche à suivre :

 

Email 1 : rappel

Dès que vous identifiez des acheteurs qui ont abandonné leur panier, déclenchez un email de rappel. Ce type d’email doit contenir un aperçu du panier, le prix total et un bouton d’appel à l’action pour reprendre le processus de commande.

 

Email 2 : urgence

Si après une journée, votre contact n’a pas finalisé sa commande, vous pouvez lui envoyer un email qui crée un sentiment d’urgence, par exemple « vos produits sont bientôt en rupture de stock ».

Email 3 : dernière chance

Dans ce troisième mail, vous pouvez offrir une réduction pour tenter une dernière fois de récupérer le panier abandonné si vous n’y êtes pas parvenu jusqu’ici. Utilisez un objet de mail qui attire l’attention, comme « Un des produits de votre panier vient d’être vendu ».

 

3) Scénario de statut de commande

Ce scénario est destiné à un client qui a effectué auprès de vous une commande dont le statut vient de changer. Dans ce ca, le déclencheur qui activera scénario est une mise-à-jour du champ « statut de livraison » dans votre base de données.

 

Email 1 : informez

Dès que le statut de livraison passera du statut “en cours de traitement” à “expédiée”, un email sera automatiquement envoyé au client pour l’informer du changement de statut de sa commande.

 

Email 2 : feedback

Un second message email lui sera ensuite envoyé 15 jours plus tard pour réaliser une enquête de satisfaction suite à la livraison du colis. Ceci permettra d’identifier les éventuels points d’amélioration comme le délai de livraison, l’emballage, etc.


Et voilà, nous y sommes – Vous avez trois scénarios essentiels pour faire vos premiers pas dans le marketing automation. Gardez à l’esprit que les scénarios sont flexibles et peuvent être adaptés pour répondre aux besoin de votre entreprise, de votre industrie et remplir vos objectifs marketing.

Avec Sarbacane, vous pouvez créer des scénarios comme ceux-ci en seulement quelques minutes, et même combiner des campagnes email et SMS dans un seul et même scénario automatisé – essayez si ce n’est pas déjà le cas ! »

Créer un scénario avec Sarbacane

Devenir RGPD compliant ? Utilisez votre créativité

Devenir RGPD compliant ? Utilisez votre créativité

GRDP compliant : le petit signal « conforme au RGPD » que l’on va voir partout

Qui a pris en charge le dossier « RGPD » (règlement général de protection des données ou GDPR en anglais)  dans votre entreprise ? Qui est en charge du label « GRDP compliant » ?

Le service juridique ? La DSI ? Le marketing ? Parfait.

Avez-vous songé à mobiliser aussi le contrôle de gestion et la direction financière ?

Il serait intéressant d’avoir leur avis.
Et ce, pour une seule raison : leur réponse à cette question-clé :

« A combien valorisent-ils le fichier d’abonnés à vos emailings ? Ces abonnés où l’on trouve vos futurs clients, vos clients actuels  et parmi eux, vos futurs ambassadeurs ?  »

Il faudrait ajouter à cette question, une question subsidiaire : « Comment estiment-ils que cette valorisation doive progresser dans les 3 ou 5 ans qui viennent ? »

Vous êtes sans doute en train de vous demander à la lecture de ces premières lignes s’il n’y a pas eu une erreur de copier-coller.
Le titre de cet article vous parle de « créativité » et les premières lignes traitent de  « comptabilité ».
Le correcteur d’orthographe aurait-il zappé entre les deux mots ?

 

La créativité a besoin des comptables

Pas du tout. Si l’on va tant avoir besoin de créativité avec le RGPD, c’est directement ou indirectement sous la pression de cette question de valorisation comptable.
Quand on découvre le sujet RGPD, on commence, en général, par réagir avec colère.
« C’est quoi encore cette nouvelle idée des fonctionnaires de Bruxelles pour emmerder le monde ? »
On enchaîne ensuite en s’intéressant à la technicité de l’affaire (« appelez-moi la DSI ») puis à la partie juridique (« appelez-moi notre avocat »).

Si l’on se contente de cela, on risque fortement de passer à côté de la formidable opportunité que représente la mise en place du RGPD, à compter du 25 mai 2018.

Cette opportunité est de l’ordre de la révolution copernicienne.
Elle consiste à envisager différemment ce que doit devenir votre liste.

 

Votre liste est un diamant…

Oui. Votre liste. Avec le RGPD, il va falloir changer de vocabulaire. En tout cas, pour ce qui concerne la prospection commerciale. Il va falloir oublier le terme de « fichier » et parler définitivement de « liste ».

La différence entre les deux ? Celle qu’il y a entre un simple local commercial et une véritable boutique. Entre les deux, il y a … le fonds de commerce. Celui-ci est fait de quantité de choses dont le nombre de clients et la zone de chalandise sur laquelle s’exerce l’attraction de la boutique.

Des fichiers, c’est la même chose qu’un simple local commercial. Cela est très froid, technique. C’est juste une affaire d’adresses à acquérir, un sac à remplir. Bref, cela relève du centre de coût.

La liste, c’est autre chose. Ce sont des abonnés. Parmi eux, il y a des clients, des futurs clients, des fidèles, des « à fidéliser ». Bref. Une liste, ce ne sont pas des gens à qui on veut vendre.

Ce sont des gens avec qui on a une relation, que l’on appelle par leur prénom et leur nom dans les mailings. Exactement comme le commerçant avisé dont la boutique fait partie d’un excellent fonds de commerce connaît lui aussi ses clients par leur petit nom.

La liste, c’est un objet dont on analyse et dont on peaufine tous les segments, dont on se demande en permanence si tel ou tel membre correspond à tel ou tel portrait-robot de client, dont on cherche en permanence à savoir si telle ou telle offre lui serait agréable à telle occasion.

Bref. La liste, c’est un bijou. Un petit diamant que l’on doit regarder sous tous les angles, chaque jour de l’année, car il brille chaque jour différemment, que l’on doit nettoyer pour que ne s’y égare aucun grain de sable, et ce, également, chaque jour de l’année.

Et qui dit « diamant » dit valeur.

Et donc, puisque nous parlions comptabilité, si votre directeur financier n’a pas encore compris que votre liste est un diamant, c’est sans doute que vous ne lui avez parlé jusque-là que de … fichiers.

Voilà pourquoi vous allez avoir besoin de créativité.

 


A condition que vous ne la considériez pas …. comme un vulgaire fichier

Si votre politique a jusque-là consisté à arroser au plus large, pour transformer, emailing après emailing, un pouième de chaque fichier utilisé en « prospects plus ou moins qualifiés », si elle a consisté à transformer chaque client, de gré ou de force, en l’heureux destinataire de votre soi-disant « newsletter » qui se révèle être en fait un assemblage de termes laudateurs à propos d’offres spéciales, si les gens à qui vous vous adressez ouvrent les emails que vous leur envoyer à moins de 15%, soyons clair : vous êtes mal barré.

Vous n’êtes absolument pas en train de vous constituer une liste qui vaudra bientôt la valeur d’un diamant.
Vous n’avez jamais qu’un fichier de destinataires de votre prose qui ont toutes les raisons de profiter de l’ambiance qui s’installe, faite de défiance vis-à-vis des détenteurs de données et de réglementation RGPD, pour se désinscrire ou ne pas souscrire à un nouvel accord en bonne et due forme pour continuer à recevoir vos emails.

Si vos comptables et contrôleurs de gestion ont eu la bonne idée de répondre par un chiffre précis à la question de la valeur de ces fichiers d’abonnés évoquée toute à l’heure, ils vont devoir revoir cette valeur … à la baisse et la faire tendre vers zéro !

 

Mettez-vous dans la peau de vos clients

Comment faire pour ne pas tout perdre ?
Commencez par vous mettre dans la peau de vos clients.

Et comme on le dit au café du commerce, prenons un exemple au hasard : moi !

Il faut que je vous précise que, physiquement, je fais partie des français moyens tout à fait dans la moyenne, je mesure 1m73, je pèse 73 kg, ma silhouette est vraiment celle de Monsieur tout le monde.

Et si je me permets ce détour par mon nombril c’est que, sans vouloir me vanter, je suis l’heureux destinataire des emails d’une grande marque qui me bombarde d’offres spéciales tout à fait formidables.

Qui est cette grande marque ? La grande spécialiste des ensembles divers et variés pour les femmes rondes qui aiment la mode.

Je me suis donc forcément demandé pourquoi cette grande marque me gratifiait de sa sollicitude.

Je me suis demandé comment j’avais pu atterrir sur un tel fichier. Imaginez si j’avais l’esprit mauvais coucheur.  Je commencerais par bouillir de mauvaise humeur, accusant cette enseigne de fouiller dans les données d’internet et, qui sait, d’avoir peut-être espionné mes recherches sur Google, un jour où je cherchais à illustrer un article sur l’obésité.

Sans tomber dans ces excès, j’ai mené l’enquête. Et j’ai trouvé.

Cette marque est en fait une filiale de l’entreprise chez qui j’achète mes costumes.

Cette entreprise a donc récupéré mon email la dernière fois que j’ai rempli un bon de garantie ou je ne sais quelle carte de fidélité. Et donc, elle en profite pour me bombarder de tous ses contenus, que je sois concerné ou pas.
Après tout, sait-on jamais, des fois que ma femme, ma fille ou ma belle-mère soient grosses…

 

Ne pas provoquer les mauvais coucheurs

Cette approche est typiquement une approche à l’ancienne. Arroser pour arroser, en se disant qu’il y aura toujours 0,01% de gens qui répondront favorablement, c’est ne pas voir que le temps tourne à l’orage et qu’on n’arrose pas pendant l’orage.

Il est temps de passer des fichiers à la Liste.

La liste ne doit contenir que des adresses de gens qui apprécient vos contenus.
Pour cela, il faut d’une part que ceux-ci soient faits pour eux et soient intéressants, ce qui signifie que vous ayez autre chose à leur dire que des litanies successives d’arguments de vente (sinon, ils vous verront venir et n’ouvriront plus vos mails que pour se désinscrire de votre liste), et d’autre part qu’ils soient ciblés et personnalisés.

Comment faire concrètement ? Comment doit s’en sortir la marque pour les femmes rondes qui arrose même les hommes minces ?

Comment peut-elle obtenir de l’engagement de la part des membres de ses « fichiers » afin de ne pas les perdre ? Comment peut-elle en faire des abonnés de valeur à sa prochaine « Liste » ?

Comment peut-elle profiter de l’opportunité RGPD ?

Concrètement, il va lui falloir donner à chacun une bonne raison d’être présent sur cette liste et d’y rester, il lui faudra souvent redemander son accord (optin) pour y figurer et accepter qu’il y ait ensuite un traitement de ces données.

Comment cette marque peut-elle obtenir un accord de ma part, alors même que je suis à deux doigts de faire preuve à son égard d’un état d’esprit de mauvais coucheur ?

 

Soyez créatifs

C’est là qu’il faut faire appel à un peu de créativité et produire du contenu. Du véritable contenu, pas de la promo. Quelque chose qui m’invite à agir. Je n’ai pas dit … acheter.

Imaginez que je reçoive l’email suivant :

« Philippe, aidez-nous à faire en sorte que la mode libère les rondes.

Vous qui êtes un homme,
Vous qui aimez les femmes,

Likez ci-après les tenues dans lesquelles vous préférez les rondes.
Choisissez vos modèles préférés.

Notre combat a besoin que vous participiez à nos statistiques.
Merci de le soutenir. »

On ne me demande pas d’acheter, bien sûr, je ne suis pas dans la cible directe.

En revanche, comment ne pourrais-je pas être dans la cible indirecte, celle qui cautionne, celle qui influence, celle qui soutient un si beau combat.

Non seulement, je vais participer au jeu, feuilleter les tenues, donner mon avis, « liker » les modèles que je préfère, mais en plus je vais accepter bien volontiers que mes données personnelles soient utilisées pour un tel combat.

 

Les femmes qui, elles, sont dans le coeur de cible de cette grande marque, recevront ensuite, des mails qui diront quelque chose comme :

« Voici les maillots de bain « likés » par plus de 80% des hommes de notre panel. Ceux qui se battent avec nous pour que la mode libère les rondes.
Et voici ce qu’ils en disent… »

Là encore, on passe de vulgaires « fichiers » promotionnels à une « Liste » d’abonnés associés à un combat et engagés dans une véritable relation. Une communauté.

Les premiers ne valent rien et ne représentent que des coûts, la seconde a une valeur qui correspond à une promesse de recettes futures tout à fait intéressante. Une valeur qui ne demande qu’à croître.

Non seulement le RGPD ne va pas réduire cette valeur, mais il représente une occasion unique pour l’augmenter. A condition que l’on sorte définitivement du raisonnement « fichier et promotion » pour entrer de plain pied dans le raisonnement « Liste et contenu ».

 

Philippe Coll est le fondateur et président de l’Institut du contenu, spécialiste de l’acquisition clients et du parcours d’achat grâce aux techniques d’Inbound Marketing et de stratégies de contenus.

L’expertise web : le rôle des agences digitales de communication

L’expertise web : le rôle des agences digitales de communication

La communication digitale est aujourd’hui un phénomène qui entoure notre quotidien. Les réseaux sociaux, les apps et les nouveaux outils technologiques ont changé notre manière de communiquer les uns avec les autres.

Pourtant, le plus grand défi est du côté des entreprises, lesquelles doivent s’adapter à un nouveau consommateur connaisseur et exigeant, et qui,  en plus, est connecté à ses réseaux pratiquement 24h/24.

Alors, pour faire face à ce nouveau phénomène de communication, les agences digitales plus performantes  se sont adaptées pour aider les entreprises à renforcer les relations client/marque et atteindre ce milieu si complexe et intéressant pour les marques comme pour les consommateurs, ce nouveau contexte dans lequel la communication digitale est devenue plus qu’une avantage compétitif, une nécessité vitale pour les entreprises.

Mais qu’est-ce que c’est une agence digitale performante? Et pourquoi faire appel à une agence digitale ?

Caractéristiques d’une agence digitale performante

De nos jours, les agences digitales étendent leurs services et ne s’occupent plus seulement de la creátion de sites web, mais proposent des stratégies de communication intégrales comme la gestion publicitaire web, e-commerce, acquisition de trafic, community management, réputation web ou le plus connu référencement web.

Une agence digitale travaille sur trois piliers importants : expertise, expérience et puissance du réseau. Ici, nous vous proposons les avis de 7 experts issus des agences digitales Publika, Sublimeo, Publicom, Araoo, Sleipnir, Lewis et Digital Swing qui vous aideront à choisir l’agence idéale pour gérer votre communication web.

  • Expertise et expérience

Les agences de communication digitale sont les plus expertes sur les sujets  Google, traffic web, référencement, etc.. et toutes ces notions qui, pour une entreprise dont le coeur de métier n’est pas du tout lié à ces sujets,  relèvent de l’incompréhensible.

Pour cette raison, il est conseillé de profiter de  cette expertise des agences pour mettre en place une stratégie digitale performante. Dans une agence, des experts spécialisés dans chaque domaine assurent un travail complet et une réelle expertise.

Pour Marie-Laura Ville, General Manager de LEWIS France : ”Les talents d’une agence digitale performante doivent associer compétences technologiques, ouverture d’esprit, intérêt pour l’analyse des données et compréhension des usages liés à ces nouveaux modes de consommations, en quasi temps réel, pour mettre en place des actions correspondant à ces nouveaux cycles”.

Ainsi, pour Raphäel Damain, de l’équipe de marketing online de l’agence digitale Publika:  “on aime avoir des experts polyvalents au sein de ses équipes : nous voulons les meilleurs mais aussi des personnes qui soient solidaires et qui pourront sortir de leurs attributions. Une agence performante est aussi une agence qui développe les talents : un spécialiste doit pouvoir s’ouvrir à tous les aspects du marketing digital”.

Pour les agences, il est impératif avoir un équipe connaisseur en différents aspects pour donner des résultats intégraux et effectifs aux yeux des clients.

  • S’ADAPTER: la règle d’or

Dans un monde en changement constant, les agences digitales doivent  connaître les nouvelles tendances du marché et s’adapter le plus rapidement possible. Le digital est devenu un aspect primordial pour les entreprises, et les agences doivent donner les solutions et stratégies plus performantes sur la base de ce phénomène.

Pour Laura Meimoun de l’agence digitale Publicom, “ l’agence digitale parfaite se doit de rester en permanence en veille sur les nouvelles technologies à employer. Notamment se plier aux attentes de la part de Google pour un meilleur ranking”.

D’un autre côté, pour Marie-Laure Laville, General Manager de LEWIS France, “ il faut savoir anticiper les nouvelles tendances émergentes, être très réactif et se tenir au courant de ce qui se fait. Dans ce contexte, il est primordial de mener un travail d’écoute, de veille et d’analyse pour déterminer le futur afin de répondre aux mieux aux attentes des marques.”

Il est alors capital pour ces agences de se tenir au courant des nouveaux phénomènes et de l’actualité pour apporter les meilleurs résultats aux clients. Et c’est cette expérience qui  en font de bonnes options pour établir des stratégies performantes aux yeux des entreprises.

  • Optimisation des coûts et du temps

Même si externaliser les activités se traduit par une dépense majeure, si vous choisissez une bonne agence digitale, les coûts vont se transformer en revenus importants pour votre entreprise.

Quand le coeur du métier n’est pas le web, vous dégagez beaucoup de temps dans des actions qui ne font pas partie de votre champ d’expertise. Il est alors important de laisser le travail aux connaisseurs du web, pour obtenir du trafic ou atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé dès le début. De cette manière, vous pouvez faire votre travail sans aucune distraction et laisser cette partie à l’agence, qui bien sûr va travailler selon vos indications.

Pour Reda Djamil, fondateur de l’agence webmarketing Araoo située à Montpellier, “ une agence digitale performante est orientée résultat. Elle est capable de suivre avec précision le bilan de ses actions. Son principal objectif est le retour sur investissement de ses clients. C’est l’élément indispensable à la mise en place d’une relation gagnant-gagnant pérenne”.

Alors, une bonne agence digitale de communication va travailler pour que les entreprises atteignent leur objectifs et va chercher à établir une relation de confiance avec ses clients.

Elle doit pouvoir conjuguer le contenu, la créativité et l’innovation pour apporter de la valeur à ses clients. Sa force, c’est aussi de rendre simple ce qui est parfois complexe”, explique Marie-Laure Ville, de LEWIS France.

  • Votre objectif, leur objectif

Une agence digitale se caractérise par ses relations proches et collaboratives avec ses clients. Dans une agence de communication, tous les clients sont importants, et une bonne agence comprend qu’ils sont le cœur de son activité.

Pour Reda Djamil, de l’agence Araoo: ”une agence digitale performante cherchera à développer une vraie relation de partenariat avec ses clients : c’est-à-dire qu’elle les choisira autant qu’ils la choisissent, et épousera leurs objectifs pour les faire siens”.

Et c’est ça l’important pour une agence digitale. Travailler main dans la main avec son client, pour ses objectifs, de manière individuelle et personnalisée.

“ L’agence digitale parfaite est là pour vous aider à atteindre tous vos objectifs en prenant en charge la totalité des services nécessaires pour la réalisation de votre projet. Nous préconisons le choix d’une agence maîtrisant un large choix de compétences et de savoir-faire”, propose Marie Lepenhuizic, du Groupe Sleipnir.

Comme l’explique Lucas Demea, de l’agence Digital Swing “une agence digitale  ne doit jamais oublier que son succès dépend du succès de ses clients”. Il faut alors travailler toujours en équipe pour atteindre des objectifs pour lesquels l’agence a une énorme responsabilité. “L’agence idéale doit enfin être responsable de ses résultats. Le temps ou les agences de communication n’avait aucune obligation de résultats est révolu, et la mise en place d’indicateurs de performances permettent de mesurer, d’analyser, et d’ajuster les actions”, explique Demea.

Pourtant, un aspect qui peut différencier une agence d’une autre c’est le temps que celle-ci  consacre à son client, la disponibilité et les résultats de son travail. “Nous sommes toujours disponibles pour un échange skype ou au téléphone. Le client a parfois simplement besoin qu’on l’écoute : il veut être sûr qu’on partage ses préoccupations. C’est la partie non-mesurable de la performance.”, commente Raphaël Damain, de l’agence Publika.

Dans une agence digitale qui marche, les clients font partie de l’équipe et les deux parties travaillent de manière synchronisée pour des objectifs commun mesurables. La communication directe et transparente est indispensable pour créer une relation de confiance forte.

De la conception à la commercialisation d’un projet, une bonne agence digitale est en mesure d’accompagner et de répondre au besoin d’un client de A à Z.

Transparence, confiance et écoute seront la clef d’une bonne collaboration et de projets aboutis avec succès”, propose l’équipe du Groupe Sleipnir.

  • Personnalisation du travail

Le web est un phénomène en constante évolution et les entreprises doivent savoir s’adapter. Pour cette raison, une agence digitale performante doit comprendre ces évolutions pour donner les meilleures idées à ses clients, et ainsi atteindre les objectifs. Comme l’indique Reda Djamil, “une agence digitale performante doit faire preuve d’humilité. Elle se remet en question régulièrement, car elle sait qu’il n’existe pas de recette absolue et que les technologies digitales évoluent à vitesse grand “V”.

En plus, il est impératif d’écouter les besoins du client et comprendre les objectifs à atteindre: ”Une bonne agence digitale fait preuve de transparence et ne cherche pas à tout vous vendre.  Elle fait le tri et supprime le superflu en trouvant toujours des solutions alternatives, pour un résultat final correspondant à vos attentes”, explique

Marie Lepenhuizic, de l’agence digital Groupe Sleipnir.  

Un aspect très important de ce phénomène web est la personnalisation de l’information. L’apparition d’internet a refroidi les relations humaines, et les consommateurs cherchent plus de proximité, surtout sur le web.  C’est pour cette raison qu’une agence digitale performante va permettre que ces clients (marques) renforcent les relations avec les consommateurs pour qu’elles deviennent beaucoup plus humaines et réelles.

Pour Lucas Demea “ une agence digitale performante doit s’imprégner du contexte dans lequel la stratégie proposée prendra vie : une étude approfondie de l’histoire, du marché, de la cible, et des valeurs de son client lui permettra d’amorcer sa réflexion avec les éléments indispensables à la conception de toute stratégie digitale.”

Il est important de faire une planification  personnalisée pour chaque client, selon ses objectifs et besoins. Pour cette raison, l’agence doit parfaitement connaître son client pour lui proposer les actions et les solutions les plus indiquées et les plus à même de régler ses problèmes.

“Que vous ayez un ou plusieurs projets, il vous faudra toujours suivre la même stratégie digitale. L’idéal est de choisir une agence qui vous accompagnera dans toutes vos actions grâce à une vision globale”, c’est le conseil de Marie Lepenhuizic, du Groupe Sleipnir.

L’apparition d’internet et les évolutions constantes du web ont obligé les agences de communication à s’adapter pour travailler, en collaboration avec les entreprises, dans le contexte actuel.

Pour Marie-Laure Ville, General Manager de LEWIS France, voici les 7 bons réflexes d’une agence digitale performante à tenir en compte:

  • S’imprégner de l’ADN de la marque.
  • Comprendre l’écosystème digital global du client.
  • Définir une stratégie digitale cohérente et pertinente, en phase avec la stratégie globale de l’entreprise.
  • Bien garder en tête quel message et quelle vision vous souhaitez faire passer.
  • Créer du lien avec le consommateur pour engager la conversation (« out of the box » : être attractif avec une histoire disruptive).
  • Savoir définir et ajuster une feuille de route en fonction de la maturité digitale du client
  • Assurer une performance business mesurable.

Une agence digitale performante connaît très bien les besoins de ses clients, transforme leurs objectifs pour en faire les siens et personnalise chaque projet en fonction de chaque objectif. Pour le client, le plus important, est d’établir une relation proche et de confiance avec l’agence. Alors, pour obtenir des résultats positifs, il faut toujours travailler en équipe avec des solutions qui s’adaptent aux clients, mais qui suivent aussi les évolutions du contexte dans lequel évolue l’entreprise.

Les 6 secrets pour construire une landing page efficace !

Les 6 secrets pour construire une landing page efficace !

Une landing page bien conçue est une des clés de succès de votre stratégie de marketing digital pour booster les conversions sur votre site internet. En effet, avoir du trafic sur votre site n’est pas tout, encore faut-il transformer les visiteurs en clients ou en prospects. Plus facile à dire qu’à faire ? On vous dévoile nos meilleurs conseils et astuces pour construire une landing page qui va faire la différence optimiser votre taux de conversion !

 

Avant de nous lancer, reprenons les bases. La landing page, parfois traduite en “page de destination” ou “page d’atterrissage”, est la page sur laquelle arrivent vos visiteurs après avoir cliqué sur un lien présent dans un emailing commercial ou une annonce Adwords… Il s’agit donc de “la page après le clic”. S’ils arrivent là, c’est dans le but d’accomplir une action unique :

  • tester votre solution en démarrant un free trial,
  • télécharger votre livre blanc,
  • laisser leurs coordonnées pour que vous les rappeliez,
  • etc …

 

Concrètement, il s’agit de transformer un visiteur lambda en utilisateur ou en lead qualifié. Quel que soit l’objectif de votre page (ouverture d’un free trial, téléchargement d’un guide),  il est primordial qu’un maximum de visiteurs accomplissent cette action pour augmenter votre taux de transformation. Cela passera par une landing page engageante, tant au niveau du design que du contenu. Suivez notre checklist !

 

1. Écrivez un titre percutant avec votre proposition de valeur

Vous n’avez que quelques secondes pour convaincre un visiteur de rester sur votre page. Il faut donc absolument que votre message soit suffisamment clair et frappant pour attiser la curiosité de l’internaute. Gardez aussi en mémoire que de nombreuses personnes ne liront que le titre et se contenteront de survoler vos autres paragraphes.Vous l’aurez compris, il faut à tout prix mettre l’accent sur le titre de votre page de destination !

 

Mettez en avant votre proposition de valeur en quelques mots. Ne confondez pas fonctionnalités (les caractéristiques de votre produit) et bénéfices (ce que votre produit va apporter à l’utilisateur). Quel est le bénéfice pour votre visiteur d’utiliser votre produit ou de télécharger votre livre blanc ? A quel besoin votre produit apporte-il une solution ?

 

Faites court, allez à l’essentiel, et privilégiez la voie active (par rapport au passif) et les verbes d’action.

 

On peut difficilement faire plus simple que Evernote avec sa punchline “Souvenez-vous de tout”. C’est court, et ça parle à tout le monde !

landing page evernote

A noter lorsque vous écrivez la proposition de valeur de votre landing page :

  • assurez vous que votre headline est adaptée à votre cible. Les landing pages sont partie intégrante de votre stratégie de segmentation et ciblage. Créez une landing page par cible, vous serez ainsi pertinents dans votre proposition de valeur, votre argumentaire commercial ainsi que le ton et design général de votre page.

 

  • vérifiez que votre titre est cohérent avec les messages qui ont été envoyés au préalable à votre client potentiel. S’il est arrivé sur la page d’atterrissage, c’est qu’il vient de cliquer sur un lien dans un emailing, une annonce… Pourquoi a-t-il cliqué, quel problème cherche-t-il à résoudre ? Votre proposition de valeur doit permettre d’y répondre instantanément.

 

2. Créez un CTA qui saute aux yeux et donne envie de cliquer

CTA est l’abréviation de “call to action” : c’est en fait le bouton d’action sur lequel les visiteurs de votre landing page vont cliquer pour tester votre solution, ou télécharger votre guide… bref, accomplir l’objectif pour lequel vous avez construit votre page.

Il est donc indispensable que ce bouton soit visible (au-dessus de la ligne de flottaison), accessible et donne envie de cliquer dessus. Pour cela, voici plusieurs astuces afin de créer un CTA cliquable.

 

Design du CTA :  il faut que votre bouton saute au yeux. Jouez sur les contrastes et choisissez une couleur vive qui ressorte :

landing page orson

Vous trouverez de nombreux outils en ligne pour vous aider à trouver des couleurs complémentaires.

 

N’hésitez pas non plus à tester différentes formes de bouton (plus ou moins arrondi).

Ajoutez des éléments autour de votre CTA pour attirer le regard et le mettre en valeur, par exemple une flèche qui pointe dessus comme l’a fait Crazyegg :

call to action

Si vous ne voulez pas rajouter de flèche, vous pouvez opter pour quelque chose de plus subtil ! Saviez-vous qu’insérer la photo d’une personne qui regarde vers le CTA (comme l’a fait Evernote dans l’exemple plus haut) a pour effet d’augmenter le taux de clic.

 

Wording du CTA :  optez pour un verbe d’action à l’infinitif en début de bouton :

  • créer mon site,
  • recevoir mon guide.

 

Les possibilités sont multiples et dépendent de votre domaine d’activité. Regardez ce qu’ont

fait vos concurrents, et testez différentes combinaisons.

 

Si vous en avez la possibilité, privilégiez des verbes qui véhiculent une notion de simplicité et qui n’impliquent pas un effort de part de l’utilisateur, par exemple recevoir plutôt que télécharger. Et bien entendu, faites différents tests et gardez l’option qui fonctionne le mieux !

Voici quelques exemples de verbes d’action :

  • recevoir,
  • découvrir,
  • profiter,
  • essayer,
  • commander,
  • réserver.

 

Évitez le cumul d’actions sur la même page (par ex: demander aux visiteurs de télécharger un guide, puis de tester votre outil un peu plus loin, puis de prendre rendez-vous, etc). Une landing page ne doit correspondre qu’à une seule action.

 

En revanche si votre page est longue vous pouvez répéter le bouton en milieu et bas de page, pour éviter aux visiteurs qui auraient lu votre page en entier d’avoir à remonter pour cliquer.

 

3. Pensez aux éléments de réassurance

Vous l’aurez compris, il faut que votre titre (avec les bénéfices clients) et votre bouton d’action soient placés au dessus de la ligne de flottaison de votre page, et soient la première chose que voient les visiteurs.

 

Mais vous pouvez ensuite, selon votre domaine d’activité et votre objectif, rajouter d’autres éléments :

 

  • les caractéristiques de votre produit ou de votre offre,
  • les données chiffrées, qui donnent une image de sérieux à votre entreprise et vont rassurer vos clients potentiels (“déjà 2000 clients satisfaits” ; “déjà 600 arbres plantés” ),
  • des illustrations et/ou une vidéo,
  • les témoignages de clients : ils serviront d’éléments de réassurance auprès des visiteurs,
  • les logos de vos partenaires : eux aussi serviront d’éléments de réassurance.

landing page exemple

La page de Webdam est un parfait exemple de design de landing page réussi :

  • notez la clarté du formulaire, les champs sont mis en valeur par de petites icônes. Il n’est pas trop long, les questions vont à l’essentiel,
  • le CTA est contrasté (orange sur bleu),
  • les fonctionnalités sont détaillées en dessous,
  • des logos d’entreprises clientes servent de “social proof”,
  • les témoignages avec la photo des utilisateurs humanisent la page et servent de réassurance pour les clients potentiels.

 

4. Concevez une landing page responsive

On ne cesse de le répéter, mais selon votre domaine d’activité, plus de la moitié de vos visiteurs arriveront sur votre landing page depuis un smartphone ! Il est donc impératif que votre page de destination soit mobile friendly.

Testez absolument le rendu depuis différents supports : le CTA est-il toujours bien visible ? Est-ce facile de cliquer dessus ? Peut-on remplir le questionnaire ? Vérifiez tout de bout en bout !

 

5. Faites de l’A/B testing

En matière de landing page, n’y allez pas au feeling. Cela peut sembler chronophage mais… testez tout afin d’avoir des résultats chiffrés ! Basez ensuite vos décisions sur ces indicateurs de performance. Les tests A/B sont la solution idéale pour analyser l’impact de différents éléments de sur votre taux de conversation et optimiser votre page en fonction.

Testez bien sûr différentes headlines, mais aussi l’emplacement et le design de vos boutons d’action, vos illustrations. Un élément anodin à première vue peut avoir un impact considérable sur votre taux de clic.

 

Dans cet exemple, retirer la flèche verte sur le CTA a fait chuter le taux de conversion de 12% :

ab test split

6) Faites une page de remerciement

Ca y est, votre visiteur vient de cliquer sur votre bouton d’action. Félicitations, votre landing page commence à porter ses fruits ! Ce n’est pas pour autant le moment d’arrêter vos efforts. Bien au contraire ! Profitez de ce pas de plus dans le tunnel de conversion pour le remercier et améliorer son expérience utilisateur.

 

NatureBox propose par exemple un code de réduction en remerciement d’une participation à un jeu concours, une fois l’inscription validée. Notez aussi les boutons de partage sur les réseaux sociaux et par email.

concours facebook exemple

Selon votre offre et votre domaine d’activité, pensez vous aussi à un message de remerciement sympa qui optimisera l’expérience client et donnera envie de partager l’info sur les réseaux sociaux.

 

Vous voilà donc avec tous les éléments en main pour améliorer votre tunnel de conversion avec des landing pages efficaces !

 

A propos de l’auteur

 

linnea orson.io

Linnéa Bourgeois
Customer Success Manager
Orson.io

 

[Sélection Sarbacane] 16 Magnifiques Thèmes WordPress pour Créer un Site Web Professionnel

[Sélection Sarbacane] 16 Magnifiques Thèmes WordPress pour Créer un Site Web Professionnel

Chez Sarbacane, on aime les choses bien faites, on adore la modernité et on est passionné par le design, l’UX et l’ergonomie.

Du coup, on s’est dit qu’on aimerait partager avec vous toutes ces choses qu’on aime. Mais il fallait que cela vous soit utile. Alors quoi de mieux qu’une sélection de superbes, que dis-je, magnifiques thèmes WordPress professionnels, bien conçus et attirants ?

Voici donc les 16 coups de cœur (gratuits et payants) des collaborateurs de Sarbacane pour concevoir un thème WordPress élégant et qui en jette !