Votre choix concernant les cookies sur ce site

Les cookies sont indispensables au bon fonctionnement de nos sites. Nous les utilisons afin d'améliorer votre expérience utilisateur, et en particulier de sauvegarder vos identifiants tout en assurant la confidentialité de vos données, de réaliser des statistiques afin d'optimiser les fonctionnalités de notre site et vous proposer du contenu toujours plus pertinent. Cliquez sur 'Accepter et Continuer' pour accepter le fonctionnement de nos cookies et poursuivre votre navigation ou sur 'En savoir plus' afin d'accéder au détail des types de cookies et choisir de désactiver certains d'entre eux pendant votre navigation.

En savoir plus
  • Service Clients keyboard_arrow_down
0805 280 201 Appel gratuit
done Votre adresse a bien été enregistrée
close
error_outline Email invalide
close
Essayer gratuitement

Blog Sarbacane

Le blog de l'actualité marketing : retrouvez conseils, bonnes pratiques et nouveautés pour maîtriser votre communication multi-canale.

Blog Sarbacane

Conseils sur l’email marketing Posts

Le Guide Ultime pour une Newsletter bien Pourrie : 11 Astuces 100% Efficaces

Le Guide Ultime pour une Newsletter bien Pourrie : 11 Astuces 100% Efficaces

Dans la série des choses à ne pas faire, on vous a déjà servi sur Emailing.biz les pires objets en emailing et les 20 erreurs à éviter. Cette fois on va plus loin et on lance notre petit guide du routard de la newsletter pourrie, ratée, inefficace au possible… bref, un vrai tuto pour ceux qui aiment foirer leur marketing et se complaire dans la nullité. Promis, on ne tape sur personne !

 

La célèbre newsletter full-image

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°1 : créez une newsletter composée d’une seule image, c’est plus simple » username= »sarbacanesoft »]

good job

D’accord, c’est loin d’être la première fois que l’on en parle et on n’est loin d’être les seuls à en avoir fait un article.

Et pourtant ça continue…

Des newsletters entièrement composées d’images, on en voit encore à la pelle. Et franchement, on ne comprend pas.

La newsletter full-image, c’est le cancer de l’emailing.

Combien de fois faudra-t-il rappeler que les services de messageries n’affichent pas toujours les images par défaut ?

Et ce n’est pas comme si cette erreur était réservée aux PME, aux indépendants ou aux business sans service web, non. Tout le monde la fait ! Et les « grosses » entreprises souvent plus que les autres.

N’oubliez pas que si votre email n’est composé que d’images, vous risquez non seulement d’atterrir en SPAM à cause du poids du message, mais également de ne pas être lu correctement sur certaines messageries.

D’autre part, une newsletter n’étant composée que d’une seule image aura un rendu désastreux sur un mobile.

Une image ne peut pas s’auto-adapter et arranger les éléments qui la composent en fonction du support de lecture.

Bref, si vous créez vos newsletters sur Photoshop ou InDesign parce que vous vous sentez plus libre dans votre création (si artistique soit-elle…), oubliez.

Utilisez un Builder adapté qui adaptera vos contenus selon le support de lecture, qui fera de vos textes de véritables textes encodés en HTML, qui vous fera des jolis boutons d’action, etc.

En plus vous n’avez pas d’excuses. Avec les solutions emailing qu’il existe aujourd’hui et les Builder proposés, c’est devenu très simple de faire un bel email en HTML.

Images de fond, structure en colonnes, boutons de partage, intégration de GIFs, superposition de texte… Ne venez pas dire que vous vous sentez limités !

Enfin c’est pour votre bien que l’on vous dit ça. Si vous voulez que vos campagnes arrivent en boîte de réception, commencez par arrêter avec le full-image.

 

Le fameux objet sans intérêt

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°2 : soyez le plus vague possible pour entretenir le mystère » username= »sarbacanesoft »]

objet newsletter

Bon on a commencé doucement mais ne soyez pas en reste, on continue.

Ca aussi on aime bien. L’objet d’email dont tout le monde se fiche complètement.

Bien sûr, la réussite d’un objet n’est pas une science exacte. Certains fonctionnent mieux que d’autres pour des raisons parfois floues ou pour des détails mineurs.

D’ailleurs, rien de mieux qu’un Split Test pour trouver l’objet qui marche si vous hésitez.

Mais ce n’est pas de ça dont il est question, non. Ici on parle bel et bien d’objet sans le moindre intérêt pour le lecteur. Et vous savez tous que susciter l’intérêt est le principal…. INTERÊT d’un objet.

 

Alors petite liste non exhaustive des objets dont tout le monde se fout royalement :

  • « Newsletter n°543 » : Mmmh, mais encore ? C’est comme si vous passiez devant un restaurant et que la carte vous disait « Ici on fait à manger. On a des entrées, des plats et des desserts. ». Ouah.
  • « Bonjour » : …
  • « Découvrez nos nouveautés » : Non, là j’ai autre chose à faire, je suis pressé. J’ai 2443 e-mails qui m’attendent et celui du dessous me tente plus : apparemment mon cadeau m’attend car je suis le millionième visiteur de leur site, super !
  • « Vite, vite, ouvrez cet email » : Vite, vite, je te balance à la corbeille car je suis un peu rebelle et que je n’aime pas quand un email me donne des ordres.

Grosso-modo, tout objet vague, qui ne promet rien ou qui ne fait pas un peu de teasing a peu de chance d’être ouvert. S’il vous plaît, essayez de susciter l’intérêt de vos lecteurs…

Pour une liste plus complète des pires objets en emailing, vous pouvez consulter notre fabuleux article 15 objets trop vus à ne jamais utiliser dans vos emailings. Et certains devraient d’ailleurs l’épingler sur le frigo de la cafet’ ou en faire un immense poster à accrocher à l’entrée du bureau.

 

La triomphale newsletter sortie de nulle part

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°3 : un max de contacts, un max de portée. Envoyez à tout le monde » username= »sarbacanesoft »]

newsletter opt out

Alors celui-là on l’aime bien.

Vous savez, c’est cette newsletter que vous commencez soudainement à recevoir d’un expéditeur inconnu !

Alors entendons-nous bien : en B2B, c’est courant de recevoir des emails de prospection de la part d’une entreprise. Et souvent après une ou deux relances sans réponse de votre part, on vous laisse tranquille.

Mais ici on parle bien d’une newsletter qui, tranquillement, va commencer à arriver dans votre boîte de réception de manière régulière.

Et ce sans que vous n’ayez rien demandé bien sûr. Sinon c’est pas drôle.

Donc pour rappel (parce qu’apparemment il faut le rappeler), il est interdit (interdit ça veut dire qu’on n’a pas le droit), d’inscrire d’office des contacts à votre newsletter. Et encore moins des particuliers !

En B2C, la règle est simple : si le contact ne vous connait pas, ne lui envoyez rien. Rien du tout.

Vous pourriez recevoir des plaintes et vous retrouver blacklisté(e) très rapidement.

 

L’indétrônable design du chaos

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°4 : perdez pas de temps sur le design. Ce qui compte, c’est le message » username= »sarbacanesoft »]

design newsletter

Oui bon d’accord l’esthétique c’est subjectif… Ok !

Mais soyons honnêtes. Quand quelque chose est moche, il faut le dire.

Quand ça a l’air d’avoir été fait par un enfant, il faut le dire aussi.

Vous direz que c’est bien facile de juger et qu’à partir de là tout le monde peut se lâcher. Mais ce n’est pas qu’une question de goût, non. C’est une question de bon sens.

  • Le Comic Sans MS : c’est non.
  • Ecrire en jaune sur un fond rouge : c’est niet.
  • Ecrire en vert sur fond bleu : voir ci-dessus.
  • Les images déformées et étirées : impensable.
  • Avoir plus de 3 polices d’écriture différentes : non !
  • Utiliser des images de mauvaise qualité et pixelisées : arrêtez…
  • Mettre des couleurs différentes partout : STOP.
  • Oublier les boutons d’action : je vais m’énerver là.

Un bon design n’est pas forcément « beau ». Il est adapté pour une lecture facile et rapide. L’expérience utilisateur doit primer sur le reste.

Pour vous aider (parce qu’on est quand même sympa), vous pouvez utiliser l’outil Adobe Color pour trouver les couleurs du moment qui vont bien ensemble.

 

La légendaire adresse « no-reply »

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°5 : utilisez une adresse de réponse no-reply pour éviter trop de retours » username= »sarbacanesoft »]

no reply newsletter

C’est un peu comme pour la newsletter full-image. On en a déjà tellement parlé qu’on se dit que c’est bon, les gens ont compris.

Et puis on ouvre sa boîte mail et comme chaque matin, surprise : encore un no-reply. Y avait longtemps.

Vous savez, c’est ce fameux email envoyé par « no-reply@societe.com » dans lequel il est écrit « Ceci est un email automatique, merci de ne pas répondre ».

Non mais qu’est-ce que c’est que ces manières ? DIS DONC ?

La base de l’emailing c’est pas justement de créer un échange ?

Spoiler : si.

Et pas d’excuses du genre « Oui mais c’est un email automatique donc c’est normal de mettre une adresse de réponse inexistante ». Non !

Quel que soit l’email que vous envoyez, assurez-vous d’utiliser une adresse de réponse fonctionnelle, de lire les réponses et de répondre aux questions.

Et enfin, si évident que cela puisse paraître, ne précisez pas à votre contact de ne pas vous répondre. Ça ne se fait pas, tout simplement.

Mais le pire dans cette histoire c’est que ce sont souvent de très grosses entreprises qui font cette erreur. Et très souvent !

Quoi qu’il en soit, c’est terminé. Répondez à vos destinataires, ils le méritent.

 

L’historique lien de désabonnement perdu

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°6 : ne mettez pas de lien de désabonnement pour ne pas perdre d’inscrits » username= »sarbacanesoft »]

lien désabonnement newsletter

Alors là on arrive à un niveau de je-m’en-foutisme assez dingue.

Quand on en arrive à devoir entreprendre des fouilles archéologiques pour trouver comment se désinscrire d’une newsletter, c’est qu’il y a un problème.

Non seulement ce lien ne doit pas être caché, mais surtout, il doit être présent !

Et là ce n’est même plus une erreur tolérable. C’est une infraction à la loi, tout simplement.

Pour résumer :

  • Ne cachez pas votre lien de désinscription dans les tréfonds de votre footer, écrit en taille 6 en gris clair sur fond blanc. Soyez honnête. Si quelqu’un veut se désabonner de votre base, laissez-le partir, vous y gagnerez quoi qu’il arrive.
  • N’omettez pas de placer ce lien de désabonnement. C’est obligatoire et non-négociable, point. Et à ceux qui font semblant d’oublier, personne ne vous croit !

 

L’immortel pré-header oublié

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°7 : placez la copie-web tout en haut de votre email, c’est capital » username= »sarbacanesoft »]

pre header newsletter

Une énième erreur qu’on voit partout.

Mais pour celle-ci, tentons d’être un peu indulgent.

Souvent, on pense que la copie-web (page miroir) doit apparaître en tout premier, en haut de la newsletter. Pourquoi ? Parce que tout le monde fait ça voyons !

En vérité, c’est le pré-header qui doit se trouver en tête de votre newsletter.

Alors j’en vois venir certains : « C’est quoi le pré-header ? »

C’est très simple : il s’agit de la toute première phrase de votre email, qui va se situer tout en haut, avant quelque élément que ce soit.

Il est surtout utile sur mobile ou sur Gmail car c’est une phrase qui va se placer sous l’objet dans la boîte de réception de vos destinataires, avant même qu’ils l’ouvrent.

Du coup, c’est un peu comme un deuxième objet.

Vous l’avez ?

Alors oui, la copie-web se place traditionnellement en haut de l’email car c’est là qu’on va la chercher spontanément, mais avant ça, n’oubliez pas le pré-header qui pourrait booster vos taux d’ouverture.

Aller, en cadeau on vous met un petit lien vers un article qui vous explique tout à ce sujet : Exploitez le pré-header de vos emailings pour doper vos taux d’ouverture.

 

L’éminente faute d’orthographe de CP

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°8 : pas besoin de tout relire on n’a pas le temps, envoyez » username= »sarbacanesoft »]

relecture emailing

Mais oui de toute façon tout le monde sait que l’orthographe en 2018 ça n’intéresse plus personne. Aujourd’hui c’est « cool » d’écrire en SMS et de soulager les mots de quelques lettres pour gagner du temps et puis bon, tant qu’on comprend…

Ok. Ok pour envoyer des emails style SMS à vos copains ou à votre famille pourquoi pas, ça vous regarde.

Mais l’emailing, même si ça va en surprendre plus d’un, c’est du sérieux.

Si vous ne prenez même pas la peine de vous relire, ne prenez pas la peine de faire des campagnes.

Et ce n’est pas juste un coup de gueule pour dire de. Tous les jours, on reçoit des newsletters avec de belles fautes d’orthographe dignes d’un enfant qui n’a pas compris la différence entre infinitif et passé composé.

Les « é » qui deviennent « er », les accents qui disparaissent, les conjugaisons inexistantes, les mots manquants… tout y passe.

Alors oui, faire des fautes ça arrive à tout le monde.

Mais si vous ne vous relisez pas et que vous ne faites pas relire votre newsletter à vos collègues, vous n’avez pas d’excuse. Relisez-vous !

 

L’époustouflante newsletter envoyée en 5 minutes

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°9 : n’y passez pas trop de temps, faites vite pour rentabiliser » username= »sarbacanesoft »]

C’est un malheureux constat mais beaucoup d’entreprises, surtout des TPE/PME, considèrent que la newsletter est un élément négligeable de leur stratégie marketing.

Dans ce cas, pourquoi en faire une ?

L’envoi de newsletters doit être le fruit d’une véritable réflexion stratégique. Ce n’est pas un jeu marketing ni une option que l’on peut choisir de négliger.

Vous voulez envoyer des emails ? Assumez votre choix alors.

Une newsletter ça se travaille, et ça prend du temps contrairement à ce que beaucoup semblent penser.

Mais visiblement pour certains il suffit de mettre 2-3 images et un peu de texte pour envoyer un email à des milliers de contacts.

Malheureusement, ce n’est pas comme cela que ça marche.

Non seulement vous payez des envois pour des résultats forcément faibles, mais vous passez pour un amateur auprès de vos destinataires. Parce que oui, ça se voit quand une newsletter est faite à l’arrache.

Donc soit vous faites l’effort de créer des newsletters dignes de ce nom, soit vous arrêtez de penser que vous êtes un bon marketeur. Si vous voulez rentabiliser vos emails, prenez votre temps.

 

 

L’illustre email de 12 kilomètres

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°10 : mettez un max d’infos dans votre email pour tout dire d’un coup » username= »sarbacanesoft »]

newsletter longueur

Evidemment, ça coule de source n’est-ce pas ? Plus on en met, plus on peut faire passer d’infos, de messages, de promos, etc.

Evidemment…

Il y en a qui doivent avoir du mal à se mettre à la place de leurs lecteurs.

Réfléchissez. Si on doit srcoller sur quinze bornes pour trouver une info intéressante ou un bouton d’action, c’est qu’il y a un problème.

Trop d’informations tue l’information.

Arrêtez de noyer vos destinataires dans des kilomètres de textes et d’images. On pense surtout aux marques de prêt-à-porter qui se croient sur leur site web en mettant les photos et les prix de toute leur collection été dans… UN EMAIL.

Une newsletter doit être focalisée sur un sujet précis. Pourquoi pas ajouter des petites sections à droite à gauche pour donner du contenu mais à partir d’un certain stade il faut savoir s’arrêter !

Faites simple, allez droit au but, et arrêtez de vouloir intégrer tout votre site dans un email.

 

Le superbe envoi massif à tout le monde

[bctt tweet= »Pire Astuce Emailing n°11 : envoyez vos emails à tous vos destinataires pour une portée maximale » username= »sarbacanesoft »]

envoi email masse

Pour ce grand final de notre guide de la newsletter pourrie, parlons ciblage et personnalisation.

Le meilleur pour la fin.

La crème de la crème de la stratégie emailing du wannabe marketeur.

On a vérifié le calendrier pour être sûr et apparemment, aux dernières nouvelles, on est en 2018. Mais apparemment on n’est pas tous calés sur les mêmes dates.

Gardez ça pour vous, mais on en connaît pas mal qui sont dépassés en matière d’emailing. Des vieux de la vieille, des dinosaures de la com, des traditionnalistes.

Visiblement pour ceux-là, le ciblage et la personnalisation des emails, c’est un truc « moderne ». Vaut mieux envoyer à tout le monde et basta.

Newsletters, emails commerciaux, offres spéciales… Peu importe le thème. Une base d’emails suffit !

De toute façon c’est plus simple et plus rapide comme ça. Et puis si ça mord pas, on renvoie, on rachète une base, bref, on bombarde.

Excellente stratégie n’est-ce pas ?

Bon, arrêtons de rigoler. Franchement, quoi de pire que d’envoyer des messages à tout va sans réfléchir ?

Si vous êtes un adepte de l’envoi d’emails dans tous les sens, vous perdez votre temps, votre argent, vous ruinez votre réputation, vous détériorez votre délivrabilité, et vous décrédibilisez le métier.

Aujourd’hui, le maître mot de l’emailing c’est la personnalisation.

Cela signifie deux choses : envoyer au bon moment, et à la bonne personne.

Comment ça marche ?

Première chose à faire : une collecte d’emails saine et qualifiante. Vous avez besoin des coordonnées de vos contacts et de leur approbation pour leur envoyer des messages.

Pour cela, vous devez utiliser des formulaires d’inscription et demander les informations dont vous avez besoin pour segmenter vos bases correctement.

Nous ne rentrerons pas ici dans le détail de la segmentation de bases de données, mais si vous voulez plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter notre article Comment segmenter votre base de destinataires.

Ce travail de collecte puis de segmentation va vous permettre d’affiner votre audience et donc de cibler avec précision vos envois.

C’est ça le mot clé : cibler.

Un contenu adapté à son destinataire est forcément plus pertinent et plus efficace.

N’envoyez pas une newsletter pour promouvoir votre nouvelle collection de jupes à toute votre base. Ne l’envoyez qu’aux femmes !

Enfin, le ciblage doit être couplé à une approche de personnalisation.

Ajoutez à vos objets et contenus le nom, prénom, civilité, adresse ou même le montant de la dernière commande de votre client pour rendre votre email plus personnel.

Et devinez quoi ? C’est devenu une norme. Personnaliser un email c’est normal aujourd’hui. C’est même évident.

Alors faites un effort, qualifiez vos bases, envoyez des messages précis et soyez proches de vos destinataires.

Sarbacane Sunrise fait le plein de nouveautés !

Sarbacane Sunrise fait le plein de nouveautés !

Notre logiciel emailing Sarbacane Sunrise fait peau neuve et sort sa nouvelle version 6.1. Une large palette de nouveautés vous y attend. Découvrez nos dernières fonctionnalités avancées.

 

La première nouveauté, très attendue :

le contenu vidéo !

 

Vous avez désormais la possibilité d’intégrer à vos emails marketing du contenu vidéo facilement depuis votre Sarbacane Sunrise.

Grâce à un nouveau type de contenu disponible dans l’emailBuilder, enrichissez vos envois emailing rapidement.

 

Pour cela, glissez-déposez le contenu vidéo, puis entrez l’URL d’hébergement de votre vidéo. Un gif animé sera automatiquement créé, et vous aurez la possibilité de personnaliser la durée, le début du gif et de choisir un bouton player.

Cette fonctionnalité, simple d’utilisation, et plébiscitée par nombre d’entre-vous, rendra vos campagnes emailing encore plus engageantes !

 

Gardez vos listes de contacts parfaitement à jour !

 

Importez vos listes de contacts avec le connecteur FTP

 

Avec votre Sarbacane Sunrise, vous pouvez désormais importer rapidement vos listes de contacts grâce au connecteur FTP que nous avons mis à votre disposition. 

 

 

Vous pourrez ainsi déposer vos fichiers de contacts aux formats suivants: .txt, .xslx, .csv. Sarbacane se chargera de créer automatiquement une liste de contacts dans votre menu Liste de contacts de votre logiciel marketing.

Découvrez ici comment importer vos contacts via FTP

 

Gardez vos listes de contacts à jour en permanence via SQL

 

Synchronisez et importez automatiquement vos contacts et données clients depuis votre base de données SQL, votre logiciel emailing Sarbacane va vous créer automatiquement une liste de contacts.

 

Petite astuce : si vous faites des mises à jour régulières de ce fichier sur votre serveur FTP ou votre CRM, Sarbacane met à votre disposition une fonction de programmation qui permet de rafraîchir de façon régulière votre liste de contacts (synchronisation horaire, journalière, hebdomadaire ou mensuelle)

Découvrez ici comment importer et synchroniser vos contacts via SQL Server / MySQL

 

Le grand retour de la pipette !

 

 

Vous l’adoriez sur Sarbacane Desktop, elle est désormais disponible sur la nouvelle version de votre logiciel emailing Sarbacane Sunrise : la pipette intégrée ! Idéale pour choisir les couleurs les plus adaptées de vos campagnes emailing.

 

 

 

Avec cette fonctionnalité, terminées les newsletters aux mille couleurs ! Vous pouvez désormais sélectionner les couleurs directement depuis vos visuels. Pratique non ?

 

Le petit plus : vos couleurs favorites pourront être enregistrées dans des nuanciers  personnalisés. Utilisez-les lors de vos prochaines créations et gagnez du temps lors de vos envois de newsletter.

 

Peaufinez vos envois avec l’affichage contextualisé !

 

Notre logiciel emailing Sarbacane vous permet de créer des templates emailing 100% adaptés sur mobile. Grâce à la preview Mobile / Ordinateur vous avez une visibilité de votre campagne emailing sur les deux supports.

 

 

 

Avec l’affichage contextualisé, choisissez d’afficher, ou non, un bloc de contenu selon si votre email est consulté sur mobile ou sur ordinateur, et ainsi optimiser vos messages.

 

Vous pouvez ainsi adapter votre contenu au mode de lecture de vos abonnés : épurez votre emailing sur mobile pour une consultation rapide, ou densifiez-le sur les écrans plus confortables pour une lecture approfondie. Envoyez des newsletter plus performantes à la mise en page 100% responsive design avec votre solution emailing Sarbacane.

 

 

3 étapes clés pour définir vos Buyers Personas et améliorer votre stratégie marketing !

3 étapes clés pour définir vos Buyers Personas et améliorer votre stratégie marketing !

Avant de commencer votre plan de communication marketing et d’investir des budgets publicitaires, il est impératif de savoir qui sont vos profils clients type types.

 

Ce n’est plus une nouveauté  : les stratégies marketing actuelles sont customers centrics (centrées sur le client) avec des communications beaucoup plus personnalisées. Définir le profil de vos clients (buyer personas) vous permettra d’avoir une vision claire de ce qu’ils sont et contribuera à développer vos stratégies de content marketing de façon beaucoup plus personnalisée et efficace.

 

Créer vos buyer personas vous permet d’associer un profil type à chacun de vos clients pour mieux interagir avec eux. Les personas seront par la suite utiles pour toutes vos futures décisions marketing stratégiques.

 

Comment définir efficacement vos buyer personas ? Découvrez dans notre article les 3 étapes clés pour vous lancer.

 

ÉTAPE 1 : rassemblez de l’information pour définir vos personas

 

Cette première étape consiste à collecter et rassembler un maximum d’informations clients dont vous disposez pour pouvoir les analyser. Vous pouvez également vous poser ces différentes questions pour vous permettre de pousser la recherche sur vos personas :

 

  • Quels sont les profils démographiques et sociologiques de mes clients ?
  • Quel est leur comportement sur mon site web ? Quel parcours d’achat ?
  • Quels sont leurs centres d’intérêt ? Quels médias consultent-ils ?
  • Qu’achètent-ils ? Comment et quand décident-ils d’acheter ?
  • Quels sont leurs freins ? Leurs problématiques ?
  • Pour le B2B : dans quel type de société mon client travaille t-il et quel est son rôle ?

 

Certaines entreprises disposent de données très poussées de leurs clients, ce qui permet de faire des personas et ciblages au plus proche de la réalité. Vous pouvez également aller plus loin en réalisant des études qualitatives ou quantitatives pertinentes en interrogeant vos propres clients.

 

Des outils comme Facebook ou Google analytics peuvent vous permettre de construire votre réflexion et vous donner des informations clés sur vos clients.

 

Une fois toutes ces données compilées et synthétisées, vous êtes prêts à entrer dans la peau de vos personas ! N’hésitez pas à dresser un portrait type visuel de façon à illustrer vos différents profils clients.

 

Attention, veillez à ne pas trop créer de buyer persona ! Il est préférable de d’abord se concentrer sur 4 profils maximum afin de réduire vos efforts marketing.

 

ÉTAPE 2 : utilisez vos personas pour votre stratégie de contenu

 

Une fois ces étapes réalisées, vous pouvez désormais vous pencher sur votre stratégie de contenu. Rappelons-le, l’objectif de créer des personas est d’être au plus proche de vos cibles en leur proposant du contenu adapté et personnalisé.

 

La ligne éditoriale sera votre fer de lance pour vos communications. Elle est d’une part utile pour votre stratégie de contenu, et vous permettra d’autre part de savoir :

  • Quels thèmes faut-il aborder ?
  • Auprès de quels personas cibler ma communication ?
  • Quels supports utiliser ?
  • Quels sont les canaux pertinents pour communiquer (web, emailing, réseaux sociaux, print…)

 

Connaître sur le bout des doigts vos personas vous apporte une réelle valeur ajoutée pour vos différents canaux de communication.

 

ÉTAPE 3 : communiquez avec vos personas

 

En emailing par exemple, avec une segmentation réalisée en amont, vous serez en mesure de pouvoir adresser vos campagnes emailing de façon beaucoup plus personnalisée et donc intéresser directement votre client/prospect ciblé. Par exemple, Aurélie Moutier, 49 ans, responsable achat d’une PME de 80 salariés à Lille et Julien Faguo, 28 ans, fondateur d’une Startup à Paris ne devraient certainement pas recevoir la même campagne emailing de prospection.

Ayez recours aux landing pages comme destination personnalisée de vos communications pour vos personas. En effet, très souvent, on distingue des pages de destination de communication très classiques, censées s’adapter à tous les clients. L’impact de ces pages est alors beaucoup moins fort. Avec Sarbacane, vous pouvez créer et personnaliser vos landing pages en illimité et ainsi développer une réelle stratégie de personnalisation marketing auprès de vos cibles.

 

CRÉEZ DE SUPERBES LANDING PAGES ET SEGMENTEZ VOS COMMUNICATIONS

Créez de jolies landing pages rapidement selon vos personas et adaptez facilement leur contenu selon leur profil avec Sarbacane, la solution emailing, SMS, et marketing automation n°1 en France, entièrement dédiée aux professionnels comme vous.

Simple & Rapide • Support tél. gratuit • 100% français 🇫🇷

 

Dans toute stratégie publicitaire, il est fortement recommandé d’avoir en amont défini une ou plusieurs cibles. L’utilité d’avoir construit vos buyer personas vous permettra de connaître quelles personnes vous souhaitez  cibler et pour quel type de communication.

 

Toutefois, si dans vos emailings, landing pages de votre site ou articles de blog vous n’arrivez pas à déterminer à quel persona cet élément s’adresse, cela signifie qu’il est nécessaire de revoir vos personas ou revoir votre contenu en fonction de votre positionnement et de vos objectifs marketing.

 

Cette stratégie de ciblage et définition de vos personas, nous l’avons vu, vous permettra à terme de mettre en place des stratégies de contenu pertinentes.

Vous pourrez jouer sur vos différents leviers d’acquisition avec vos personas comme le référencement naturel (SEO) afin de capter des requêtes très précises de votre domaine d’activité pour attirer des prospects similaires à vos personas définis. Les campagnes publicitaires payantes (Adwords, Facebook Ads) seront également impactées positivement si elles sont très segmentées. De quoi générer des leads et satisfaire pleinement votre retour sur investissement !

 

Pour aller plus loin dans l’utilisation de vos personas, découvrez dans cet article 6 façons de Générer du Lead Grâce au Digital 

Sarbacane certifié Great Place To Work®

Sarbacane certifié Great Place To Work®

C’est désormais officiel ! Sarbacane a obtenu la certification Great Place to Work® !

 

Great Place to Work®, c’est qui, c’est quoi ?

Un expert reconnu du bien-être au travail et un observateur privilégié des bonnes pratiques managériales. Chaque année, il certifie les entreprises où il fait bon travailler et valorise les meilleures d’entre elles.

 

“Le label Great Place To Work® est loin d’être donné à tous, une enquête anonyme est menée auprès de l’ensemble des collaborateurs, tous les sujets sont abordés, convivialité bien sûr, mais pas que, la relation avec le management, la compréhension des projets, respect, crédibilité, équité, fierté, tout est passé au crible. Je suis très fier de l’obtention du label. Il confirme et renforce la compréhension et l’adhésion de toute la tribu à la vision et la stratégie du groupe.” explique Mathieu TARNUS, CEO de Sarbacane Software.

 

 

Notre tribu est fière de travailler chez Sarbacane et nous sommes fiers d’incarner une entreprise dans laquelle il fait bon vivre !

 

C’est une belle reconnaissance qui touche directement nos valeurs et nos efforts fournis pour le bien-être de notre tribu.

 

 

 

“Notre campus à Hem, à côté de Lille, est un cadre privilégié entre ville et campagne, avec une vraie culture du bien-être à laquelle contribuent court de tennis, potager, afterworks, billard, bornes d’arcade, lapins qui gambadent, petits déjeuners, corbeilles de fruits, crèche d’entreprise et plus encore. Tout est réuni pour prendre soin de nos collaborateurs.” Paul DE FOMBELLE – COO de Sarbacane

 

“Dans cette entreprise l’ambiance est conviviale”

“Ici je peux être moi-même”

“Je suis fier de déclarer à d’autres que je travaille pour cette entreprise”

 

 

Depuis 2017, nous ne cessons de recruter. Plus de 21 nouveaux membres ont rejoint notre tribu et peuvent profiter de notre cadre de travail unique ! Nous sommes constamment à la recherche de nouveaux talents, alors jetez un oeil à notre site corporate et découvrez nos offres d’emploi et nos locaux.

📖 L’histoire de l’email marketing en 40 ans !

📖 L’histoire de l’email marketing en 40 ans !

Depuis sa création, l’email marketing est devenu un outil incontournable dans le monde du marketing. Aujourd’hui plus de 124,5 milliards d’emails professionnels sont envoyés et reçus chaque jour (Radicati Group).

Cela peut vous amener à vous poser les questions suivantes : d’où vient l’email marketing ? Qui en est le créateur ? Pourquoi est-il incontournable ?

Pour répondre à ces questions et comprendre pourquoi l’email marketing est incontournable de nos jours, il est important de comprendre son histoire.

 

Email marketing : chronologie

 

1971 : Envoi du premier courrier électronique par Ray Tomlinson

Ray Tomlinson était un ingénieur américain de la société BBN, travaillant avec un groupe de programmeur sur des applications pour le projet Arpanet (aujourd’hui internet). C’est lui qui envoya le tout premier email de l’histoire.

Dans une interview, il a déclaré que le contenu de son premier email était soit “Test123” ou “QWERTYUIOP”.

 

1978 : Envoi du premier email de mass par Gary Thuerk

Gary Thuerk, un marketeur de Digital Equipment Corporation, envoie le premier email de masse à 400 destinataires via Arpanet pour promouvoir les produits de son entreprise. Suite à cet envoi, certains destinataires se sont plaints mais cela a tout de même permis de générer des ventes de machines DEC d’une valeur de 13 millions de dollars. Suite à ce phénomène, l’email de masse a littéralement attiré l’attention de nombreux marketeurs.

Cet email de masse est également considéré comme le premier message spam, et Gary a été renommé comme étant le “Père du Spam”.

 

1991 : Naissance d’Internet

L’un des plus grands avantages d’Internet a été la possibilité d’utiliser le courrier électronique pour communiquer avec les gens. À cette époque, l’email était utilisé uniquement par les écoles et les entreprises comptes tenu de son prix qui était très élevé pour la majorité de la population.

 

1996 : Hotmail lance le premier service de courriel gratuit sur le Web

Sabeer Bhatia et Jack Smith lancent Hotmail en 1996 : le premier service de courriel gratuit sur le web. L’email ne se limitait plus à un groupe de personne, toute personne qui voulait communiquer avec une autre pouvait le faire par email via Hotmail. Cela a permis d’augmenter le nombre d’utilisateur d’email dans le monde et donner une opportunité aux marketeurs d’atteindre facilement leurs clients.

 

1998 : Naissance du mot SPAM

Le consommateur, frustré par le nombre d’emails indésirables reçus chaque jour, a utilisé le mot “Spam” pour décrire ce type d’email non désiré. Le nom Spam, provient d’un sketch des Monthy Python des années 1970 faisant référence à une marque de viande en conserve connue.

Par conséquent, les fournisseurs de service de messagerie ont créé le dossier spam pour permettre aux abonnés de contrôler leur courrier électronique reçu.

 

2003 : La loi sur le SPAM

Soucieux de la protection de donnée personnelle de la population et de leurs plaintes, le gouvernement américain a voté la toute première loi sur l’email marketing, nommée CAN-SPAM.

Cette loi fixe les règles des courriels commerciaux, met en avant les exigences pour des emails commerciaux, donne aux destinataires le droit de se retirer des listes d’email marketing et prévoit des sanctions sévères pour les contrevenants.

Dans la même année, en Europe, le règlement sur la protection de la vie privée et les communications électroniques a été introduit, définissant les règles d’autorisation du marketing.

 

2004 : La stratégie anti-spam est arrivée sur Gmail

Les services de fournisseurs de messageries ont mis en place des systèmes pour collecter les avis des destinataires sur les emails reçus. Cela a permis aux marketeurs de savoir ce que pensaient leurs destinataires de leurs emails et d’utiliser ces données pour améliorer leurs stratégies.

Google lance Gmail, puis quelques années plus tard, la messagerie surpasse efficacement Yahoo et AOL en raison de son excellente expérience utilisateur et en introduisant des innovations comme le Gchat, ce qui a permis d’upgrader le niveau de l’email.

 

2007 : Le Lancement du premier iPhone

La sortie du premier iPhone a changé la manière dont les consommateurs utilisaient les smartphones pour envoyer et lire leurs emails. Nombreux sont les consommateurs qui ont commencé à utiliser l’iPhone pour lire leurs e-mails. Ses fonctionnalités comme la possibilité de charger des images, ont amené les marketeurs à être beaucoup plus créatifs, de créer de nouvelles tactiques de personnalisation et de tester de nouvelles limites dans la conception de leurs emails marketing.

 

2010 : Segmentation, courriel ciblé, email automatisé

Le nombre d’email commerciaux envoyé par jour n’a cessé d’augmenter : les marketeurs ont changé leur fusil d’épaule et se sont concentrés sur la délivrabilité et l’engagement. Ils ont ainsi opté pour des campagnes segmentées, un contenu de qualité, dynamique et des campagnes déclenchées en fonction du comportement du destinataire.

 

2018 : Entrée en vigueur du RGPD

Malgré les différentes lois adoptées pour la protection de données personnelles, certaines entreprises continuent d’envoyer des messages à leurs destinataires sans avoir eu au préalable leur consentement. Pour résoudre cela et protéger les données personnelles de la populations que l’Union Européen a implémenté le RGPD.