Besoin de plus d'informations ?

Numéro vert
done Votre adresse a bien été enregistrée
close
error_outline Email invalide
close
Essayer gratuitement

Blog Sarbacane

Le blog de l'actualité marketing : retrouvez conseils, bonnes pratiques et nouveautés pour maîtriser votre communication multi-canale.

Blog Sarbacane

Conseils sur l’email marketing Posts

Rappel de quelques principes de base sur l’e-mailing

Pour bien démarrer cette année, Le blog Insidedaweb propose un article intitulé « Sujet emailing, 15 astuces pour tout savoir » qui récapitule les différents conseils qui ont été rédigés sur ce blog ainsi que sur d’autres médias traitant de l’email marketing.

Voici un résumé de ces 15 conseils :

1/ Pour rédiger un titre percutant, pensez à lire les journaux

2/ Il n’y a pas de formules magiques pour concevoir une campagne

3/ Testez avant d’envoyer

4/ Portez une attention toute particulière à l’adresse d’expédition de votre email

5/ Misez sur des mots clés dans l’objet de votre message

6/ Analysez vos résultats de tracking

7/ Personnalisez au maximum vos emails

8/ Créez l’urgence

9/ Pensez aux filtres anti-spam

10/ Utilisez le terme « gratuit » de façon stratégique

11/ Evitez les fausses promesses

12/ Pensez à votre titre avant de rédiger votre campagne

13/ Comparez vos précédentes campagnes entre elles

14/ Optimisez la fréquence d’envois de vos messages

15/ L’intrigue avant le contenu

Visitez Insidedaweb pour la suite des 15 astuces pour la conception des sujets de son e-mailing !

Images bloquées et fenêtres de prévisualisation : comment concevoir des e-mailings efficaces avec ces contraintes

L’email marketing est un formidable outil de communication. Mais c’est aussi un domaine où il faut composer avec des contraintes « techniques » croissantes. La manière dont vous voyez votre emailing lors de sa conception n’est pas forcément celle de tous vos destinataires. En effet, principalement pour des raisons de sécurité, le blocage systématique des images dans les emailings devient de plus en plus fréquents.

Voici un exemple d’emailing conçu uniquement avec des images. On voit clairement qu’en cas de blocage des images, l’e-mailing n’est pas lisible et donc pas attractif.

exemple1

 Les webmails populaires Windows Live Hotmail et Gmail ainsi que Outlook 2003/2007 bloquent les images par défaut des messages HTML. Ce qui veut dire concrètement que si votre cible est le grand public français, environ 50% de vos destinataires ne voient pas directement les images de vos emailings ! Les destinataires doivent alors cliquer sur un bouton pour décider d’afficher les images. Mais avant de cliquer sur ce bouton, ils vont juger avec divers éléments si votre emailing « vaut le coup » d’être intégralement lu. De plus, cette décision sera souvent prise alors que le message est ouvert dans une fenêtre de prévisualisation, donc réduite en hauteur et/ou en largeur.

Voici un exemple une fenêtre de prévisualisation d’Outlook :

previsualisation

La décision du lecteur va dépendre principalement de 3 critères :

  • sa connaissance de l’expéditeur,
  • l’attractivité de l’objet,
  • la conception du message.

Voici des conseils que vous pouvez appliquer pour optimiser ce dernier point :

  • Les informations qui vous identifie en tant qu’annonceur (notamment votre logo) et le contenu principal de l’envoi (offre commerciale par exemple) doivent impérativement se trouver dans la partie immédiatement visible : en haut et à gauche du message. Essayez de faire tenir ces informations dans les 400 pixels de hauteur maximum (hauteur moyenne constatée des fenêtre de prévisualisation.
  • Utilisez une largeur de 600 pixels maximum afin d’éviter à vos lecteurs de recourir au défilement horizontal.
  • Mixez images et texte HTML : n’utilisez les images que pour des visuels ou des effets. Tout le reste peut être en texte HTML auquel vous pouvez appliquer une mise en forme (taille de police, gras, couleur…).
  • Renseignez les balises ALT de vos images (elles seront lisibles par certaines messageries à l’emplacement de vos images avant leur chargement)
  • Fixez les dimensions de vos images (width et height). Le gabarit de votre e-mailing sera alors correctement défini même si les images ne sont pas visibles
  • Utilisez des couleurs de fonds dans les cellules de tableaux HTML composant votre emailing (Background Colors). Cette technique permet de rendre votre message attractif même sans images.
  • Proposez systématiquement un lien vers la copie web de votre emailing consultable en ligne en haut du message. Ceci permettra aux lecteurs de sortir l’emailing du contexte de la messagerie et donc de le visualiser correctement comme une page web dans leur navigateur.

Voici une exemple d’emailing bien conçu qui s’affiche correctement même sans les images affichées.

exemple 2 assembl

N’oubliez pas que le meilleur moyen de vous assurer de la qualité de la conception de votre emailing est de le tester dans les messageries les plus populaires (dont celles qui bloquent les images). Sachez par ailleurs que la plupart de ces messageries ne bloquent plus les images dès lors que l’adresse de l’expéditeur est dans le carnet d’adresses du lecteur. Vous pouvez par exemple utiliser une phrase de ce type dans vos emailings : « Ajoutez contact@entreprise.com à votre carnet d’adresses pour être sur de recevoir correctement nos messages. »

L’application de ces conseils permet d’optimiser les performances des campagnes d’emailing car le contenu du message est visible directement. Enfin , sachez qu’en appliquant ces conseils de conception :

  • Vos messages seront optimisés pour les nouveaux mobiles « smart phones » qui présentent des contraintes encore plus fortes pour l’email marketing (plus petits écrans notamment). Mais leur usage est de plus en plus important…
  • La probabilité que vos messages soient considérés en SPAM est réduite. En effet, les emailings constitués uniquement d’images ont plus de chances de se retrouver dans la boîte « SPAM » car les filtres n’arrivent pas à analyser leur contenu. Dans le doute, ils les considèrent parfois comme SPAM. D’où l’importance de mixer images et texte HTML pour votre délivrabilité.

A vous de jouer !

Article rédigé par Guillaume Fleureau

Un e-mail non ouvert est-il un contact perdu ?

Pour les professionnels qui méconnaissent le marché de l’e-mailing, il est toujours frustrant de s’apercevoir que sa campagne n’a été ouverte que par 20 % de sa base. Et pourtant ce chiffre paraît comme un résultat ambitieux face aux taux d’ouverture moyen qui se situent davantage autour des 10 à 15 %.

Il ne faut donc pas s’alarmer à la vue de ces résultats, au contraire il faut y voir un signe encourageant. A défaut, un taux de désinscription supérieur à 1 % devrait avoir tendance à vous faire davantage réagir car cela signifierait que votre campagne n’a pas été correctement ciblée et/ou que l’information délivrée n’a pas été percutante.

Un e-mail non ouvert demeure une arme de communication
Un premier élément de réponse qui prouve qu’un e-mail non ouvert n’est pas synonyme de contact perdu est le simple fait d’être présent à un moment donné dans la boîte aux lettres du destinataire. En s’identifiant clairement à l’aide du champs émetteur et un titre rédigé de façon court et accrocheur sont deux caractéristiques qui suffiront à orienter l’œil de la personne ciblée, ne serait-ce que quelques secondes, avant qu’il ne se décide à supprimer le message.

Pour de nombreuses entreprises, l’e-mailing s’inscrit dans une stratégie marketing multicanale et vient appuyer d’autres supports de communication mis en œuvre. Il aide donc à la mémorisation du message et ce même s’il n’est pas ouvert.

Une étude menée par l’agence anglaise E-mail Worx révèle un graphique très intéressant sur la part des ventes réalisées par les clients qui ont reçu un email marketing mais qui n’ont pas souhaité l’ouvrir.

nudge effect

Les courbes ci-dessus montrent la performance des ventes réalisée sur 15 jours par une société qui a opté pour une stratégie multicanale. La barre verticale en rose indique le moment où l’e-mailing a été envoyé tandis que la courbe horizontale orange montre les ventes réussies par le biais des clients qui n’ont pas reçu le message email, et celle en bleue correspond la réaction des destinataires qui ont reçu la campagne mais qui ne l’ont pas ouverte. Les deux lignes horizontales face à face ne nécessitent pas plus de commentaires pour comprendre l’incidence qu’à eu l’envoi de la campagne e-mailing en complément d’autres médias (on et/ou off-line).

Des relances après envoi, comme indiqué dans le post précédent ont sans aucun doute su optimiser la performance de la campagne auprès de personnes dont on aurait trop vite tendance à croire qu’elles ne sont pas intéressées par l’information délivrée par email.

Comment réactiver les « sans réponses » ?
Malgré tout, le magazine BtoB délivre quelques conseils pour réactiver les destinataires absents lors de l’envoi de la campagne afin d’optimiser ses résultats et tenter de récupérer certains internautes qui seraient passés à côté de l’information. Ces conseils sont surtout utiles pour les sociétés qui n’ont pas un budget extensible qui leur permette de communiquer sur différents canaux.

Dans un premier temps, il faut veiller à ne pas faire un amalgame trop rapide. Un message non lu ne signifie automatiquement pas que les prochaines campagnes auront le même sort. Il faut dans un premier temps regrouper les contacts qui n’ont pas été réactifs sur 2 ou 3 campagnes consécutives. Pour effectuer cette étape, le logiciel Sarbacane 3 permet d’identifier des segments de personnes grâce au service de Suivi Comportemental disponible après l’envoi de campagne. Les statistiques mettent en avant qui a ouvert le message, si cette même personne a cliqué sur un lien, lequel, et celle qui n’a pas donné suite à l’envoi, en dehors des NPAI.

Conseil n°1
Envoyez un e-mail comportant un lien vers votre formulaire d’inscription opt-in. Sur la page incitant les internautes à s’inscrire ou non à votre newsletter, montrez des exemples d’anciennes campagnes afin que chacun puisse visualiser l’intérêt de recevoir des informations de votre part.

Conseil n°2
Envoyez un e-mail à ce segment de personnes en leur offrant une réduction immédiate ou en leur proposant un frais de port gratuit par exemple. Ce type d’actions peut s’avérer pertinent pour les internautes qui ne sont intéressées que par les offres commerciales clairement identifiées.

Conseil n°3
Certaines personnes inscrites à votre base de données disposent peut-être d’une nouvelle adresse e-mail alors que l’ancienne est toujours valide. Pourquoi ne pas profiter pour relancer ces internautes par téléphone afin de mettre à jour votre base et leur demander si ils souhaitent que leur nouvelle adresse soit ajoutée à la liste de diffusion. Si vous disposez des adresses postales, vous avez la possibilité d’envoyer un courrier avec une offre promotionnelle.

Conseil n°4
Un sondage peut-être le bon outil pour comprendre pourquoi certains ne sont pas réactifs à l’envoi de vos e-mailings. Le titre du questionnaire à envoyer par email peut-être « Pourquoi n’avez-vous pas ouvert vos derniers emails ? ». Piquez leur intérêt au vif en terminant le questionnaire par une série de questions ouvertes leur permettant d’indiquer la raison exacte qui les pousse à ne pas être intéressé par vos informations.

Pour conclure sur ce sujet, ne tombez dans le piège de la facilité : le fait de supprimer ces contacts de vos envois habituels augmentera à coup sûr vos taux d’ouverture, mais la clé de la réussite repose avant tout à ce que les « sans réponses » deviennent plus tard des destinataires réactifs. 

Retour sur le sondage du mois de Novembre 2009

Merci à tous d’avoir participé à ce sondage. Vous avez été très nombreux à y répondre, et voici les
résulats :

– 32 % d’entre vous estiment attendre d’un prestataire e-mailing un rôle de conseil dans la conception de vos messages.
– 25 % demandent une expertise de leur prestataire dans le domaine de l’email marketing
– 27 % au contraire déclarent ne rien attendre de plus que le logiciel proposé
– Et 33 % désirent tout à la fois.

Que faire après avoir envoyé son e-mailing ?

L’e-mailing est un outil de communication à très fort potentiel. Si ses résultats sont visibles dès le premier envoi, il se doit d’être accompagné à court terme par des relances qui seront définis par rapport au comportement que les destinataires ont eu face au message. L’objectif étant de garantir au mieux chaque opportunité et d’optimiser la performance des campagnes.
Mais comment relancer ? Qui ? Et quand ?